Chantal Kiener

 
 
Accueil Quelques œuvres Informations pratiques English

Chantal Kiener a toujours aimé découvrir des artistes jusqu’alors mal connus. Elle a ainsi exposé des ensembles d’œuvres d’artistes tels que les français Henry Cros et Georges Dorignac, le belge Armand Paulis ou l’américaine Florence Este.

Elle présente sur rendez-vous l’art qu’elle a toujours défendu, peintures et dessins du XIXe et du début du XXe siècle avec une prédilection pour les études préparatoires en toutes disciplines. Elle reste particulièrement attachée aux études de paysages exécutées en plein air de la fin du XVIIIe siècle et du début du siècle suivant. Ainsi présente-t-elle au Salon Fine Arts Paris 2018 un ensemble d’études de paysages (huile sur papier) par Johann Jakob Frey. Elle choisit des œuvres qui la touchent par leur qualité, leur originalité, leur force et leur poésie.

Amateur de musique classique, Chantal Kiener réunit ses deux passions, art et musique, en proposant au fil de ses découvertes des décors d’opéra. Elle a publié en 2013 et 2015 deux catalogues comprenant dessins, peintures et sculptures. En 2017 elle a organisé une exposition monographique de l’artiste Henry Cros réunissant des documents inédits et plus de 50 œuvres, sculptures, dessins, peintures, dont plusieurs ont été acquises par des musées français ou étrangers. Membre fondateur du Salon du Dessin où elle a figuré régulièrement, elle a participé au premier Salon Fine Arts Paris en 2017 et expose au second qui se tiendra du 7 novembre au 11 novembre 2018 au Carrousel du Louvre.


Henry CROS
(1840 – 1917)
Sphinge joueuse d'aulos
Pâte de verre colorée, 23 cm de diamètre, ancienne collection Roger Marx

Roger Marx, 1859 -1913 est une des grandes et influentes personnalités de la vie artistique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Parallèlement à une carrière très importante dans l’administration des Beaux-Arts, il est un critique d’art brillant, indépendant et audacieux et un collectionneur passionné. Haut placé dans l’administration il favorise les commandes et les achats de l’État à des artistes novateurs. Il défend l’introduction des Arts décoratifs et industriels dans les Salons.
Sa vente après décès en 2014 qui dure deux mois et comprend plusieurs milliers d’objets témoigne de la multiplicité de ses centres d’intérêt : affiches, gravures, dessins, peintures, sculptures et objets d’Art moderne. Dans ce dernier domaine, il collectionne porcelaines, verres, grès, émaux, cristaux et pâtes de verre.


Henry CROS
(1840 – 1917)
Portrait en buste de Madeleine Burty, fille de Philippe Burty, âgée de 12 ans
Haut relief à la cire polychrome sur plaque de verre enduite à la cire noire, dans son montage d’origine
15 x 10,5 cm
A gauche : Monogramme rouge incisé dans la couche de cire « Cros 1872 »
Inscription à la gouache blanc cassé, rehaussée d’or, en bas au centre, en lettres majuscules « MADELEINE BURTY »

Provenance : Collection Suzanne Lalique – Paul Burty Haviland.
Madeleine Burty épousera très jeune Charles Haviland, ami de son père. Ils auront deux fils Frank Burty Haviland (photographe) et Paul Burty Haviland (journaliste, photographe, critique d’Art). Ce dernier épousera Suzanne Lalique, fille de René Lalique.

Edmond de Goncourt raconte dans son journal la visite qu’il fit le 10 décembre 1872 en compagnie de Philippe Burty à Henry Cros alors que ce dernier exécutait le portrait de Madeleine :
« Aujourd’hui, Burty m’emmène dans un atelier de la rue des Champs. Il fait faire un portrait de sa fille par un cirier, par un délicat sculpteur, qui a retrouvé les procédés anciens de l’art. Il s’appelle Cros. C’est un garçon tout maigre, tout noir, tout barbu, avec une inquiétante fixité dans ses yeux caves. Et cette lampe allumée, et ces petits morceaux de cire, qui semblent, en leur boite à cigare, de petits morceaux de chair, et ce profil de Madeleine, qui prend peu à peu, sur la plaque de verre noir, une réalité mystérieuse, sous le jour crépusculaire, me jettent, à la longue, dans une espèce de peur de cette vie magique, que cuisine dans cette cave, ce pâle garçon. »
Edmond et Jules de Goncourt, journal des Goncourt : Mémoires de la vie littéraire, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 9 vols., 1887-1896. Volume V : 1872-1877, p.70.


Louis CABAT
(Paris 1811 –1893)
Rocher à Fontainebleau
Plume et encre et lavis d’encre sur traits de mine graphite
46 x 43 cm
localisé et daté : « Bas Breaux 9 août 1841 »
cachet en bas à droite à l’encre rouge

Provenance Fonds de l’atelier : Ancienne collection de Louis et Augustin Cabat contenant de nombreux albums et carnets de dessins (pierre noire, lavis, plume, etc.) sur des sujets variés (des études de personages, de paysages, d’arbres) ainsi que de nombreux albums photographiques notamment sur son séjour à la Villa Medicis à Rome.


Henry CROS
(1840 – 1907)
Buste de nymphe couronnée de feuillage
Pâte de verre colorée
23,3 x 14,8 cm
Montage en bois teinté chêne foncé : 30,5 x 22,4 cm
Monogramme en creux en bas à droite « H C »

     
 

CHANTAL KIENER
DESSINS - PEINTURES
Sur rendez-vous
tél. 01 42 60 59 00
chantal.kiener@wanadoo.fr